04 73 53 04 15 Lundi au Vendredi 8h30 à 12h et 14h à 18h 9 rue Marx Dormoy - 63300 THIERS

Aléas et risques naturels

Aléas et risques naturels, le saviez-vous ?

Aléas et risques naturels

Les inondations

Les inondations par remontée de nappes

Les inondations par « remontée de nappe » sont provoquées par la remontée du niveau de la nappe phréatique jusqu’à la surface du sol. Ce phénomène se produit lors d’une recharge exceptionnelle (alimentation) de la nappe lors de fortes précipitations, le plus souvent en période hivernale. Ce phénomène provoque des réactivations temporaires de cours d’eau, des apparitions d’étangs ou de mares temporaires, des inondations de plaine ou encore des mouvements de terrain.

⚠️ En Auvergne, le risque d’inondations par remontée de nappe est surtout présent en plaine et à proximité des cours d’eau.

 

Les inondations par débordement de cours d’eau

Les inondations par « débordement » sont provoquées par la montée lente ou rapide (hausse du débit) des eaux d’une rivière ou d’un fleuve qui va sortir de son lit. Les eaux vont ainsi envahir le lit mineur voire le lit majeur du cours d’eau et inonder une partie d’une vallée par exemple.

⚠️ En Auvergne, le risque d’inondations par débordement est surtout présent à proximité des cours d’eau.

Remontée de nappe @ BRGM

Inondations par remontée de nappe (© BRGM)

 

 

Inondation par débordement @ BRGM

Inondations par débordement de cours d’eau (© BRGM)

Les crues rapides et torrentielles

Les crues rapides et torrentielles se produisent par une montée des eaux très rapide principalement dans les zones de relief ou montagneuses et sont provoquées par des précipitations intenses ou durant la période de fonte des neiges. Elles sont capables de charrier de nombreux éléments commes des sédiments, des galets et rochers, du bois morts et des débris divers. Ceux-ci forment des barrages (embâcles) lorsque les eaux rencontrent un obstacle ou un passage étroit comme un pont par exemple. La rupture de ces barrages provoque des vagues submersives souvent dévastatrices.

Il existe également des phénomènes importants de ruissellement dans les centres-villes ou au niveau des routes enclavées où une montée rapide des eaux va créer une forme de crue torrentielle.

⚠️ En Auvergne, des inondations éclairs se produisent régulièrement dans les zones de relief et au centre des bourgs, notamment par des crues de ruissellement.

Embâcle @ BRGM

Formation d’un embâcle (© Géorisques)

Des rochers mêlés à du sable ont éventré le grillage de protection (photo Sidi El-Azar)

Eboulement rocheux en bordure de l’autoroute A75 dans le Puy de Dôme (photo Sidi El-Azar)

Les mouvements de terrain

Il existe de nombreuses formes de mouvements de terrain que l’on définit selon leur vitesse de déplacement :

  • Les glissements de terrain : il s’agit d’une masse de terrain qui glisse sur une pente le long d’un plan de glissement (de quelques mm/an à m/jour) ;
  • Les éboulements : ce sont des chutes de blocs depuis une paroi rocheuse, comme le déchaussement des prismes d’une coulée de lave en Auvergne ;
  • Les coulées de boues : c’est le déplacement rapide de matériaux fluidisés par de l’eau donnant une boue capable de transporter des blocs de roches et des débris de taille variable ;
  • Les effondrements : ce sont des mouvements de terrain provoqués par la rupture du toit d’une cavité souterraine ;
  • L’érosion des berges : cela correspond à un arrachement des sols qui constituent les berges d’un cours d’eau, entrainant des glissements et des éboulements de terrain.

⚠️ En Auvergne, les mouvements de terrain les plus représentés sont les glissements de terrain, les éboulements de parois rocheuses et l’érosion des berges.

Les cavités souterraines

Les cavités souterraines sont des vides créés en sous-sol, la plupart du temps de manière naturelle par dissolution des roches, ou les cavités d’origine volcanique (tunnels de lave), mais aussi d’origine anthropique comme les carrières d’exploitation de matériaux de construction. On y inclut également les habitats troglodytiques ou encore les ouvrages de génie civil (tunnels, souterrains piétons ou aqueducs).

La présence de cavités provoque des affaissements de terrain, souvent progressifs par déformation souple, ou des effondrements soudains.

⚠️ En Auvergne, les cavités les plus communes sont d’anciennes carrières d’exploitation de matériaux comme les nombreuses caves de la butte de Clermont-Ferrand qui constituent un risque important notamment dans le cadre de projets de constructions.

Cave butte de Clermont

Caves de la butte de Clermont-Ferrand (© Tudsols)

carte_radon_IRSN
Tudsols risques radon gaz sol géotechnique

Le risque radon dans les habitations (© IRSN)

Le risque radon

Le radon est un gaz radioactif (naturel, inodore, incolore et inerte chimiquement) issu de la désintégration de l’uranium et du radium présents dans le sol et les roches (sous-sols granitiques et volcaniques). Il est présent dans l’air, dans l’eau, dans le sol, mais se dilue rapidement et sa concentration moyenne reste faible.

Néanmoins dans les espaces clos comme les maisons, il peut s’accumuler et atteindre parfois des concentrations élevées, notamment dans les sous-sols. Sur le long terme, l’inhalation du radon augmente le risque de développer un cancer du poumon. Une augmentation qui est proportionnelle à l’exposition cumulée tout au long de sa vie.

Le niveau de radon dans son logement doit être inférieur au niveau de référence fixé à 300 Bq/m3 (Bq : Becquerel).  De façon à prévenir le risque d’accumulation dans votre logement, il convient de bien l’aérer et de nettoyer régulièrement les entrées et sorties d’air ou les systèmes de ventilation.

⚠️ En Auvergne, le risque radon est très présent du fait de la présence affleurante du socle hercynien (roche granitique issue d’une ancienne chaîne de montagne). Mais les constructions nouvelles et anciennes sont généralement assez ventilées pour éviter l’accumulation de ce gaz dans nos intérieurs.

Les séismes

Un séisme est une vibration du sol provoquée par la rupture soudaine de blos de roches qui bougent l’un par rapport à l’autre en profondeur le long d’une faille. Ces tremblements de terre sont issus du mouvement des plaques tectoniques.

Les séismes peuvent provoquer la destruction ou l’endommagement des habitations, des outils de production (usines, bâtiments des entreprises, etc.), des ouvrages (ponts, routes, voies ferrées, etc.), des réseaux d’eau, d’énergie ou de télécommunications.

Les mouvements du sol engendrés par les séismes entrainent les fondations des constructions, qui se mettent à vibrer à leur tour. Sous l’effet de l’inertie, les déformations de la structure peuvent provoquer l’effondrement des murs, des planchers, des poutres.

Dans les régions les plus exposées au risque sismique (en zonage moyen et fort), certaines constructions peuvent être soumises aux normes parasismiques.

⚠️ En Auvergne, le risque sismique est faible à modéré. Les séismes de faible magnitude y sont courants (magnitude 2 à 3). Le lundi 9 mai 2022, un séisme de magnitude 4.5 a été mesuré dans les Combrailles dans le nord dy Puy de Dôme, un événement plutôt inhabituel en lien avec la réactivation d’anciennes failles.

Zonage sismique France

Zonage sismique de la France (© BRGM)

Chaîne des Puys

Les volcans de la Chaîne des Puys (© Wikimedia)

Le volcanisme

Le volcanisme est la manifestation en surface de l’activité interne de notre Terre. Il se traduit par la remontée de magma vers la surface où la lave va s’accumuler ou jaillir pour former les volcans.

En France métropolitaine, le volcanisme se concentre dans le Massif Central jusqu’au bord de la Méditerranée. Le volcanisme le plus récent est localisé en Auvergne et plus particulièrement au niveau de la Chaîne des Puys qui dominent la ville de Clermont-Ferrand. Les plus jeunes manifestations volcaniques de France métropolitaine se situe dans le nord de la province du Cézallier au niveau du lac Pavin et du Montcineyre dont l’activité et les dernières éruptions datent de moins 5 000 ans !

⚠️ Le réveil des volcans d’Auvergne ? Pas pour tout de suite ! Néanmoins, la zone volcanique étant toujours considérée comme active, la naissance de nouveaux volcans n’est pas exclue. Un réseau d’observation, notamment de l’activité sismique en Auvergne, est en place pour déceler la remontée du magma qui a tout de même 29 km à parcourir au travers de la croûte terrestre pour arriver jusqu’à nous !

📖 Vous souhaitez en savoir vraiment plus sur le volcanisme du Massif Central ? Plongez-vous dans la thèse de notre Docteur en Géologie, spécialiste du volcanisme auvergnat, bonne lecture !

ℹ️ Pour aller plus loin sur les aléas et risques naturels, rendez-vous sur le portail Géorisques, rubrique « S’informer ».